HomeToposLa cuisine sauvage

La cuisine sauvage

La cuisine sauvage

Allez, allez! Il fait beau, c’est le temps parfait pour partir à l’aventure et se reconnecter avec la nature. La cueillette sauvage n’est pas réservé aux champignons, il existe un paquet de plantes comestibles auxquelles on ne pense pas forcément… Et c’est bien dommage. Rattrapez-vous avec notre top 4.

Top 4 des plantes sauvages comestibles

La plus connue: le pissenlit

Tout est bon dans le pissenlit! La fleur a un goût subtil de miel et les feuilles ont un goût amer qui disparaît à la cuisson. Le must? Les jeunes pousses, plus tendres et moins amères, à glisser directement dans vos salades.

Les bienfaits. Le pissenlit est un puissant tonique pour l’organisme et il permet de nettoyer le sang. Son jus est très efficace en cure pour purifier le foie.

Comment l’utiliser? Les feuilles de pissenlit peuvent remplacer la salade dans les sandwichs ou les assiettes de crudités. Gardez les fleurs crues en guise de déco comestible. Vous pouvez également en ajouter une poignée dans un smoothie, le faire infuser ou le faire sauter à la poêle pour accompagner un plat (avec un filet d’huile d’olive, du tamari, du poivre et des épices au choix).

La plus savoureuse: l’ail des ours

Délicieuse, l’ail des ours est idéale pour relever un plat. Elle pousse en colonie: une fois que vous avez mis la main dessus, vous pouvez facilement en faire le plein, en congeler ou en faire sécher pour la conserver. Pour vérifier qu’il s’agit bien d’ail des ours (on le confond souvent avec le muguet), il faut en froisser les feuilles qui sont sensées dégager une forte odeur d’ail.

Les bienfaits. L’ail des ours possède les mêmes vertus médicinales que l’ail cultivé: une haute teneur en vitamine C, une capacité à purifier le sang et il fait un très bon diurétique. Attention, sa consommation est déconseillée aux personnes sujettes aux inflammations des voies respiratoires, ainsi qu’aux enfants et aux femmes enceintes et allaitantes.

Comment l’utiliser? Les fleurs, entières ou hachées, peuvent agrémenter ou assaisonner n’importe quelle salade ou plat. Si le plat est chaud, ajoutez l’ail des ours en fin de cuisson pour la garder un peu crue et ainsi conserver ses propriétés nutritionnelles. NB: l’ail des ours est bien plus digeste que l’ail cultivé.

La plus surprenante: l’ortie

Celle là, on la connaît tous, pas vrai? Elle pousse un peu partout, il est donc facile d’en trouver. Au goût, elle ressemble légèrement à la noisette! On la récolte avec des gants en latex et pour qu’elle ne pique plus, il suffit de la hacher, la mixer ou la faire bouillir.

Les bienfaits. Très riche en protéines, vitamines B, C, pro-vitamines A et oligo-éléments. C’est aussi un tonique général de l’organisme. Elle est détoxifiante, et calme les douleurs inflammatoires.

Comment l’utiliser?
Crue, en tapenade, pesto ou dans un gaspacho. Vous pouvez aussi la consommer cuite en légume, dans un cake, une tarte ou une pizza. Et même la faire infuser!

Recette du pesto d’ortie (pour 1 bol de pesto): rincer et équeuter 1 bouquet de basilic et 1 bouquet d’ortie. Mixer les feuilles avec 1 tasse de noix de cajou + ½ tasse d’huile d’olive + 1 cc de sel + 1 petite gousse d’ail + le jus d’1/2 citron (rectifier l’assaisonnement si besoin).

La plus envoûtante: la reine des prés

La reine des prés n’est pas très connue, pourtant on en trouve un peu partout. Sa saveur aromatique est assez prononcée et rappelle la vanille ou l’amande amère.

Les bienfaits. Les tanins qu’elle contient contribuent à réduire les glaires (efficace en infusion pour soigner le rhume) et les inflammations. Elle favorise la digestion, apaise les maux de ventre et soulage la diarrhée.

Comment l’utiliser? Pour aromatiser les préparations sucrées, comme les crèmes dessert, les panacotta, les gâteaux…
Enfilez vos baskets, c’est l’heure de la cueillette!

Article précédent
Article suivant
0 commentaires

Sorry, the comment form is closed at this time.