HomeToposN'en faites pas tout un fromage !

N'en faites pas tout un fromage !

Comment concilier passion (pour le fromage) et raison ? En suivant ces quelques conseils…

Stratégie gagnante n°1 : en tartine, on choisit du très frais. Les fromages frais contiennent, par définition, beaucoup d’eau. Un fromage de chèvre frais type Petit Billy contient 15 g de lipides aux 100 g (pour 193 kcal), c’est 10 g de moins que le camembert, et 20 g de moins qu’un fromage à pâte pressée cuite, comme le comté.
En le tartinant sur une tranche de pain complet au lin, on fait une bonne association d’oméga 3 et d’oméga 6.

Stratégie gagnante °2 : en cuisine, on choisit du très sec. L’avantage des fromages très affinés, c’est qu’ils sont riches en goût. Pas besoin donc d’en engloutir une énorme quantité pour relever la saveur d’un plat. Si on aime le comté dont on parlait plus haut, il sera parfait râpé, comme le parmesan d’ailleurs, dans un risotto, à hauteur de 50 g pour 4 personnes. Avantage méconnu de ces fromages : ils sont riches en protéines (entre 28 et 38 g aux 100 g, plus que le boeuf ou le porc !).

Stratégie gagnante n°3 : en plateau, on joue les monomaniaques. Raus, le dîner entre amis avec un plateau de 12 fromages différents ! Pourquoi ? Parce que comme le disait le Général de Gaulle, comment voulez-vous gouverner un pays aux 300 fromages ? Sérieusement, parce que plus il y a de variétés, plus vous allez bouloter. Choisissez un seul beau morceau, vous contrôlerez mieux votre apport. Prenez-le évidemment bio (il contiendra moins de résidus de pesticides… on sait, c’est déprimant, mais c’est vrai), ou, à défaut AOP (pour Appellation d’Origine Protégée).

Les bénéfices
Article précédent
Article suivant
0 commentaires

Sorry, the comment form is closed at this time.