HomeToposIntolérance au lactose et certains cancers

Intolérance au lactose et certains cancers

Les personnes ayant une intolérance au lactose ont un risque plus faible de souffrir d’un cancer du poumon, du sein ou des ovaires, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Lund et de la région de Scanie en Suède.
«Nous avons constaté que les personnes ayant une intolérance au lactose, qui consomment généralement de faibles quantités de lait et autres produits laitiers, ont un risque réduit de cancer du poumon, du sein ou des ovaires”, selon Jianguang Ji, professeur agrégé à l’Université de Lund et chercheur au Center for Primary Care Research de Malmö.

“Le risque de cancer n’a pas été réduit chez les parents de personnes souffrant d’intolérance au lactose, ce qui indique que la protection contre ces cancers est liée à l’alimentation. Cependant, il serait erroné de conclure que le lait est un facteur de risque de ces cancers », souligne Jianguang Ji.

Il y a de grandes différences dans l’incidence des cancers du sein et des ovaires entre les différents pays. Leur incidence est plus élevée en Amérique du Nord, Europe occidentale et dans les pays nordiques, et plus faible en Asie orientale et dans les pays d’Afrique centrale. Les études sur les immigrants et les jumeaux suggèrent que cette variation est plus liée à des facteurs environnementaux qu’à des facteurs génétiques ou ethniques.

«Nous avons utilisé les données nationales de deux registres suédois (le registre des patients hospitalisés et le registre ambulatoire), nous avons identifié 22 788 personnes souffrant d’intolérance au lactose et examiné leur risque de souffrir d’un cancer du poumon, du sein ou des ovaires. Les risques de souffrir d’un des trois cancers étaient significativement plus faibles chez les personnes souffrant d’intolérance au lactose par rapport aux personnes sans intolérance au lactose, indépendamment du pays de naissance et le sexe. Pour le cancer du poumon, le ratio d’incidence standardisé [SIR] est de 0,55 (45% de risques en moins), pour le cancer du sein, le SIR est de 0,79 et pour le cancer de l’ovaire, le SIR est de 0,55”, explique Ji Jianguang.

Des facteurs tels que l’apport calorique inférieur du fait de la faible consommation de lait et de facteurs de protection dans les boissons à base de lait de plantes peuvent contribuer à l’association négative observée entre l’intolérance au lactose et les cancers étudiés.

“Nous devons interpréter ces résultats avec prudence, car l’association nous avons trouvé est insuffisante pour conclure un effet causal”, souligne Jianguang Ji. “D’autres études sont nécessaires pour identifier les facteurs qui expliquent les résultats de l’étude.”

0 commentaires

Sorry, the comment form is closed at this time.