HomeCrash-testMiso, pipeau ou pas pipeau ?

Miso, pipeau ou pas pipeau ?

Vous vous attendiez à une recette en forme de coeur ? Ben non.

Ce soir, c’est date avec un bol de miso.

Le miso, c’est quoi ? 

Le miso est une pâte marronâtre obtenue à partir de la fermentation de haricots de soja, de sel de mer, d’orge ou de riz, et d’un ferment (souvent le champignon qui répond au petit nom d’ « Aspergillus Oryzae »). Comme ça, ça a l’air pointu…

Du fait de la fermentation, les protéines de soja et de céréales deviennent plus digestes et mieux assimilables.

Pour avoir l’air chic, prononcez-le « misso »

Pourquoi allez-vous en faire votre entrée ou condiment quasi-quotidien ? 

  • Pour un grand nettoyage pré-printemps intérieur

Puissant antioxydant, le miso développe pendant sa fermentation des isoflavones, qui agissent contre les radicaux libres et auraient une action de destruction des cellules cancéreuses.

Aspirateur à métaux lourds et effets de la radioactivité, la pâte magique contribuerait à aider le corps à les éliminer par les voies urinaires.

  • Pour retrouver confort digestif, intestinal et aider à la perte de poids

Consommé en début de repas, les enzymes du miso stimulent la digestion et l’absorption des nutriments. Il contient naturellement une bonne dose de probiotiques pour nourrir la flore intestinale. Une flore remplumée en bonnes bactéries, c’est un système immunitaire renforcé. Il réduit l’acidité chronique et aurait une action bénéfique pour soulager les ulcères, les effets de la maladie de Crohn et les intolérances et allergies alimentaires.

  • Pour retrouver la frite en fin d’hiver

Source de protéines, car il contient les 8 acides aminés essentiels à l’organisme, le miso peut remplacer les protéines animales. Notamment le soir. Il est également riche en fer (à consommer avec de la vitamine C pour une meilleure absorption) et en zinc.

  • Pour un cerveau qui dépote

Le potentiel des vitamines du groupe B (celles qui agissent sur les fonctions nerveuses et cardio-vasculaires) est amplifié par la fermentation. On y retrouve des taux de compète, ça vaut le coup n’y allez pas mollo.

Comment le choisir ?

Prenez-le de préférence bio, non pasteurisé et sans OGM pour un max de minéraux, vitamines et enzymes. Conservez-le au frigo.

Comment le consommer ? 

Vous pouvez en faire un bouillon avec des champignons, du tofu et des algues, comme au resto jap’. Mais vous pouvez aussi en ajouter une cuillère à café par-ci, par-là dans n’importe quelle préparation : une vinaigrette, un risotto, une marinade, une soupe… Au Japon, on dit que c’est un aliment « umami », un truc qui fait un effet gustatif waouh sur n’importe quel plat.

xoxo

Article précédent
Article suivant
0 commentaires

METTRE SON GRAIN DE SEL